D’une fin de l’homme à l’autre. L’éthique à l’ère du trans- et du posthumanisme

Étude d’un discours

Philosophie / Sociologie - 252 pages - 155x235

ISBN : 9782342360677

Publié le : 20/01/2022


À l’heure où se développent dans le monde des recherches pluridimensionnelles sur le transhumanisme, plus grand débat du XXIe siècle, j’ai jugé utile de proposer aux lecteurs une réflexion critique pour susciter un intérêt nouveau sur les questions de sens et de valeurs auxquelles incite cette problématique. J’examine dans ce livre deux promesses sous-jacentes, rarement traitées, bien que constitutives de l’ambition des transhumanistes : le progrès moral et le bonheur humain. Le transhumanisme conduit l’humanité vers un fossé anthropologique, dans sa négation de la vulnérabilité humaine. Je tiens pour vraisemblable l’hypothèse que par définition, la morale entretient une relation avec la vulnérabilité du sujet humain. Le discours moral se définit comme un cadre normatif de protection et de prescription pratique de l’Homme, par-delà les frontières géographiques et culturelles. L’idée prédominante du projet transhumaniste d’un être parfait conduit inéluctablement à l’incertitude, voire à l’indétermination de l’éthique, y compris à l’anéantissement de ses aspects normatifs. La promesse de bonheur humain, inhérente par ailleurs au projet transhumaniste, est elle-même critique. La fabrication d’un être parfait est incompatible avec la réalisation du bonheur. Comme le progrès, le bonheur suppose un état antérieur d’insatisfaction singulière issu de la perception de l’Homme comme être fini. Or, les transhumanistes ont une conception si technologique de l’Homme qu’ils en viennent à penser qu’on peut fabriquer le bonheur. Le progrès moral et le bonheur humain ne peuvent découler d’un être humain réduit à n’être qu’un artéfact.


Version papier : 19,50 €
Version numérique au format PDF : 9,00 €

L'AUTEUR




Robert Mebenga est un jeune diplômé. Titulaire d'un PhD en Philosophie dans les universités du Luxembourg et Louvain - la-Neuve, il est spécialiste de l'éthique des NBIC ( Nanotechnologies, Biotechnologies, Informatique et Sciences cognitives). Né au Cameroun, il poursuit des études en 2016 en Occident où il suit les cours des Professeurs Lukas Sosoe et Marc Maesschalk, après un brillant passage à l'université catholique d'Afrique centrale. Ses recherches portent sur les techno-sciences, l'éthique, les problèmes migratoires et les systèmes sociaux. 
 

Meilleures ventes

Connexion

Fermer